Accueil arrow Principaux axes d'intervention
Principaux Axes d'intervention Version imprimable Suggérer par mail



Le plan de développement stratégique et opérationnel de l’ANIMH pour la période 2003 – 2008 définit la vision des membres pour le développement du secteur en mettant l’accent sur le rôle potentiel de l’Association dans le cadre d’une stratégie de promotion de la microfinance en Haïti. Ce plan comprend quatre grands axes d’intervention fondamentaux qui traduisent la mission et les objectifs que l’Association s’est fixés :

AXE 1 : Structuration du secteur à travers l’accompagnement/encadrement des membres à la mise en œuvre des bonnes pratiques en matière de microfinance. La structuration du secteur comprend différentes étapes visant à accroître la transparence et la visibilité des membres. Les actions relatives à la structuration du secteur s’articulent autour de :

Diagnostic institutionnel: Cette évaluation a permis d’identifier les forces et faiblesses opérationnelles des membres de l’Association et de faire des recommandations pour le développement de l’ensemble du secteur.

Programme d’accompagnement pré-rating : Sur la base des recommandations faites lors de l’évaluation institutionnelle, un programme d’assistance aux membres va être élaboré en vue de les préparer au processus d’audit externe et de notation.

Audit externe : Compte tenu de l’évolution de la politique des bailleurs de fonds en matière de subvention, il est primordial que les IMF puissent avoir accès à d’autres sources de financement telles que les marchés financiers formels. Les investisseurs privés exigent très souvent des évaluations financières prouvant la bonne gestion des fonds alloués aux IMF. La réalisation d’audits externes sur une base régulière s’inscrit donc dans le cadre de la recherche de transparence.

Notation ou rating : Les rapports de rating constituent une source d’information fiable pour l’Institution qui est évaluée, et également pour les potentiels investisseurs commerciaux. Aussi, toujours dans un souci de transparence, l’ANIMH veut-elle encourager ses membres à se soumettre à cet exercice.

Suivi post-rating : Il s’agira d’offrir un accompagnement aux membres après le rating pour les aider à développer des activités pérennes et à soutenir les performances financières et institutionnelles.

AXE 2 : la fourniture de services aux membres  à un coût moindre du fait des économies d’échelle réalisées. Il est primordial pour l’ANIMH de développer des activités de services pour ses membres et pour l’ensemble du secteur de la microfinance en Haïti. Ces activités de services comprennent :

Centre de Formation : L’un des projets les plus importants de l’ANIMH est la mise en place d’un Centre de Formation.

Liste des mauvais payeurs : Sur une base mensuelle, 13 IMF et une coopérative échangent entre elles le nom de leurs mauvais payeurs. Lancée par le projet DAI/FINNET de l’USAID, cette activité a été prise en charge par l’ANIMH depuis avril 2006. Elle revêt une importance capitale pour le secteur.

Bureau de crédit : La liste des mauvais payeurs devrait à moyen terme évoluer progressivement pour se transformer en un bureau de crédit. En effet, pour une allocation efficace du crédit, il est essentiel de pouvoir améliorer le degré de couverture et la pertinence des informations sur les emprunteurs. Le bureau de crédit, en tant que système de partage d’informations, facilite la gestion des risques en rendant accessible un ensemble d’informations sur les bons et les mauvais payeurs.

Indicateurs de performance : Le projet DAI/FINNET avait également mis en place un groupe de travail sur les indicateurs de performance. Sur une base trimestrielle, un rapport comprenant 11 indicateurs tels que le nombre de clients, le PAR, le taux de remboursement, etc. est élaboré. Cette activités a été aussi transférée à l’ANIMH.

Gestion de bases de données : En tant que lieu de référence en matière de microfinance, l’ANIMH doit être en mesure de fournir des informations diverses sur le secteur. La création et/ou la mise à jour de répertoires est donc primordiale : répertoire des IMF non-coopératives, liste de prestataires de services utiles pour les IMF, répertoire des ressources humaines, etc.

Rencontre technique mensuelle : Il est essentiel de pouvoir créer des lieux d’échanges et de partage d’informations pour les membres. L’organisation de rencontres techniques sur une base mensuelle répond à cette préoccupation de l’ANIMH qui, de concert avec les institutions choisira des thèmes d’intérêt commun.

Développement de nouveaux produits : En vue de mieux combler les attentes de la clientèle pauvre et de contribuer aux objectifs d’expansion et de diversification de l’offre de services financiers, l’ANIMH veut encourager les IMF à lancer des projets pilotes pour la promotion et le développement de nouveaux produits. Cette activité permettra à l’ensemble du secteur, grâce au travail de recherche effectué, d’accéder à une documentation riche et variée, à des outils performants sur le processus de développement de produits financiers durables et conformes aux besoins des populations marginalisées. Il est donc prévu de développer et d’assurer la divulgation des documents de capitalisation portant sur les expériences conduites dans le cadre des projets pilotes. Une attention particulière sera accordée au monde rural et aux secteurs productifs qui ont longtemps été délaissés par le secteur financier formel. Ce soutien à l’industrie de la microfinance en Haïti répond ainsi aux besoins de croissance de l’économie haïtienne et de promotion d’initiatives privées en augmentant les opportunités économiques pour les ménages pauvres par l’octroi de prêts pour développer des activités génératrices de revenus.

Appuis logistiques : Toujours dans le souci de fournir des services à un moindre coût à ses membres, l’Association se propose de concevoir et de produire des outils de gestion communs en fonction des grandes familles de méthodologies de crédit.

AXE 3 : Communication et marketing. L’ANIMH, en tant qu’institution reconnue et légitime, peut assurer un rôle d’interface et de représentation, et, en tant qu’association regroupant la majorité des opérateurs de microfinance, elle est clairement mandatée pour défendre les intérêts de la profession en intervenant à différents niveaux :

Mise en place d’un cadre légal et réglementaire pour les opérations de microfinance non-coopérative : Le cadre légal actuel prend en compte uniquement les opérations financières du secteur bancaire traditionnel et celles du secteur coopératif de la microfinance. Une commission constituée de représentants du Conseil National de Financement Populaire (KNFP), une autre association professionnelle haïtienne, et de l’ANIMH travaille sur l’élaboration d’un document de présentation des grandes lignes de la réforme du cadre actuel. La réglementation et la supervision des opérations seront également traitées dans le cadre de ce processus qui se veut participatif et doit à court terme inclure en plus des IMF les autorités publiques et les autres acteurs du système financier en vue de garantir la définition d’un cadre favorable au secteur.

Coordination et harmonisation des actions des intervenants dans ce secteur : Le secteur non-coopératif de la microfinance a connu une forte croissance pendant les dix dernières années. Il convient, à ce stade d’évolution dudit secteur, de pouvoir coordonner les interventions des différents acteurs (les bailleurs de fonds, les Institutions de microfinance) en fonction des faiblesses identifiées de façon à assurer un développement harmonieux de l’industrie de la microfinance.

Représentation officielle des IMF : En tant qu’organe de défense des intérêts des IMF, l’ANIMH est appelée à servir d’interface entre ses membres et les autorités publiques. Son mandat ne se limite pas à un travail de représentation de ses membres mais inclut également la prise en considération des intérêts de l’ensemble du secteur d’où la préparation et la publication de prises de position publique sur des sujets touchant l’industrie de la microfinance que ce soit à l’échelle nationale ou internationale.

AXE 4 : la promotion de la microfinance haïtienne aux niveaux national et international, pour favoriser l’essor de l’industrie de la microfinance. Les interventions, en termes de promotion de la microfinance haïtienne, comprennent :

Création d’un site internet : Les objectifs du site sont : i) d’informer sur l’existence de l’ANIMH, ses objectifs, ses axes d’intervention et ses membres ; ii) de promouvoir la microfinance en Haïti ; iii) de promouvoir de bonnes pratiques de microfinance ; iv) de servir de portail haïtien vers des sites existants de microfinance.

Centre National de Microfinance : La mise en place de ce Centre répond au besoin de créer des biens accessibles au public. Ce centre inclura le Centre de Formation, un Centre de recherche et de documentation.

Lettre d’information : Cette publication présentera les évolutions du secteur (à partir des bases de données actualisées), une synthèse des rencontres techniques mensuelles, les comptes rendus de réunions spécifiques de groupes de travail thématiques, l’agenda de l’Association ainsi que toute information pertinente et d’intérêt issue de la veille technologique permanente.

Publication technique : En vue d’alimenter la réflexion sur des sujets d’importance pour le secteur, l’ANIMH prévoit d’assurer sur une base régulière la préparation et l’édition d’une publication technique de qualité. La contribution d’autres acteurs du secteur financier tels que l’Association Professionnelle de Banque (APB), l’Association Nationale des Caisses Populaires Haïtiennes (ANACAPH) sera sollicitée sous forme d’articles à publier dans ce document.

Label professionnel : Il est prévu d’établir un label professionnel qui sera décerné aux IMF membres qui rempliront les critères d’excellence définis par l’ANIMH.